Portrait : Lydie, à Jésus par Marie

3 mai 2018

Comment une simple visite d’une chapelle peut-elle transformer une vie ?
Lydie Lafond, avignonnaise depuis 17 ans, en livre un témoignage.

Entretien avec Martine Racine, tiré de l’émission Pourquoi le taire ? sur RCF Vaucluse

Êtes-vous née dans une famille croyante et pratiquante ?

Non, à l’adolescence, j’étais plus en quête d’une spiritualité que d’une recherche chrétienne.

Quand avez-vous été en recherche vraiment ?

C’est relativement récent. Il y a environ huit ans, je recherchais une spiritualité, quelque chose de très fort. Je me suis orientée vers tout ce qui était chakra, bouddha, le yoga, la méditation. Mais je ne trouvais pas ce que j’attendais. Tout était pour moi trop léger.

Que vous est-il arrivé ?

En 2015, une amie chrétienne m’a conseillé de me diriger vers Dieu et elle m’a encouragée à aller à la chapelle Notre Dame de la Médaille miraculeuse, qui se trouve à Paris, rue du Bac, en me disant qu’il y avait là des événements miraculeux, des apparitions. Et comme je ne crois que ce que je vois, comme Saint Thomas, j’y suis allée, avec cette amie.
Avant d’entrer, j’avais pris à la boutique, un petit livre de prières, car je ne connaissais que le Notre Père et le Je vous salue Marie ; et comme j’y allais dans une démarche de prière, je tenais à me faire aider par un petit manuel.
Après être entrée dans la chapelle, j’ai ouvert le manuel et j’ai commencé à prier. Et là, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire : j’ai eu une communion très très forte avec la Vierge Marie. C’était bouleversant, tellement fort ! Je ne m’y attendais pas. Je me suis mise à pleurer énormément. C’était des larmes de joie, des larmes de bonheur, des larmes d’amour. J’étais complètement enivrée par le don qui m’était fait : un amour très fort, une joie, une sensation de bien-être très intense.

Vous avez été submergée par la présence de Marie ?

Oui. Je n’avais jamais ressenti cela de ma vie...malgré la naissance de mon enfant ! J’étais complètement remplie de Marie ; et vraiment, au niveau du cœur, c’est une sensation où vous n’avez plus aucun souci, où tout est fluide, pur, léger, une véritable sensation de bonheur.
Je suis restée plus d’une heure dans la chapelle, le temps de me remettre, et quand je suis sortie, j’ai rejoint mon amie. Il m’a fallu au moins deux heures avant de pouvoir reprendre le métro, car même en tant qu’ancienne parisienne, j’étais perdue, je ne savais plus comment faire !

Bouleversée de bonheur ! Vous êtes-vous dit tout de suite que c’était Marie ?

C’est fou : on le sait, on vous le montre que c’est Marie ! Je me suis dit alors : j’ai voulu voir, j’ai vu, j’ai reçu : Merci. Il fallait maintenant que je continue ce chemin. Quand je suis rentrée sur Avignon, je suis allée voir le Père Paco Espuglès de l’église Saint Agricol et j’ai fait ma demande de baptême.

Une grande préparation ?

Cela dure 2 ans :deux années passionnantes qui conduisent à une belle richesse de cœur, d’amour et de communion avec Dieu.

Donc que s’est-il passé le jour où vous avez reçu les sacrements de baptême, confirmation et la communion eucharistique ?

C’était magnifique. C’était le résultat de toute cette démarche : la venue de l’Esprit Saint notamment lors du Baptême, des moments très forts qui me permettaient de continuer et d’avancer dans ma démarche de foi. Pouvoir communier était aussi très important pour moi afin d’aller encore plus loin, plus haut ! C’était vraiment magnifique !

Et maintenant vous continuez ?

Tout à fait et je suis très heureuse.

Lydie, vous avez autour du cou la fameuse médaille de la chapelle de la rue du Bac. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est cette médaille ?

C’est la médaille qui représente la Vierge Marie, médaille miraculeuse de cette chapelle exclusivement dédiée à la Vierge Marie. Et, dans cette chapelle, il y a régulièrement des apparitions. J’ai découvert que des gens du monde entier viennent visiter cette chapelle.

Et cette chapelle vous a complètement transformée ?

Oui complètement.

Aujourd’hui, à Avignon, que faites-vous pour être en communion avec Jésus ?

La prière ! La prière, chez soi, en voiture, quand je prépare les repas.

Car maintenant c’est davantage Jésus que Marie ?

Maintenant j’arrive à entrer en communion avec Jésus. Au début, c’est vrai, c’est Marie notre Mère divine qui est venue me chercher, et qui m’a amenée à son Fils.

Et donc ce sont des prières apprises ou des prières de votre cœur ?

Ce sont des prières du cœur mais aussi des prières apprises. J’ai toujours des petits livrets dans mon sac ! Et pour être toujours plus près de Jésus, il y a la communion : aller à la messe le plus souvent possible (au moins deux fois dans la semaine).

Et vous faites partie d’un groupe ?

Oui, il s’agit de la Garde d’honneur du Sacré Cœur de Jésus. Chaque jour, j’ai une heure de présence avec Jésus. Cette heure est dans notre vie de tous les jours : on travaille, on s’occupe des enfants, mais Il est présent avec nous. Pour ce faire, je mets une alarme sur mon téléphone, car dans la vie professionnelle, on oublie l’heure et la sonnerie me rappelle l’ordre de son arrivée.

Et cela tous les jours ?

Oui tous les jours, j’ai signé à vie !

C’est à Paray le Monial que vous avez décidé cela ?

Oui, lors d’une retraite spirituelle.

Lydie, vous rayonnez de joie et de bonheur !

Oui, ma vie a été transformée. On voit la vie différemment, on ne se sent plus seul. On a souvent des moments difficiles dans la vie, avec le besoin de se raccrocher à quelque chose. Là, Dieu vous le montre, vous le donne, il suffit juste de demander quand on a besoin et Il est là. Il nous attend tous ! Il n’y a pas que moi ! Il tend la main et Il est là !