Journée mondiale pour la paix : Et si chacun de nous construisait la non violence ?

13 décembre 2016

Le pape François fait de la non-violence le point central de la Journée mondiale pour la paix qui aura lieu le 1er janvier 2017. Le Vatican a publié son message le lundi 12 décembre.

« La non-violence comme style de politique pour la paix », c’est le thème de la prochaine Journée Mondiale de la Paix, la cinquantième, qui sera célébrée le 1er janvier prochain. Le Message du Pape à cette occasion a été rendu public le 12 Décembre.
En fait, plus qu’un message, c’est un programme que François propose pour 2017. « Engageons-nous » à bannir la violence de nos cœurs « et à construire des communautés non-violentes, qui prennent soin de la maison commune », écrit-il, car c’est le Christ qui a tracé la voie de la non-violence.
Pour un chrétien, « la non-violence est donc une manière d’être et pas un comportement tactique ». Une manière d’être qui concerne tous les niveaux de la société : L’individu, la famille, et les responsables politiques.

L’individu


Le Saint Père cite en exemple Sainte Mère Teresa, qui au jour de la remise du prix Nobel de la Paix, déclare que pour apporter la paix, « il suffit de s’aimer les uns les autres » ; Il nomme aussi le Mahtama Ghandi et Kha Abdul Ghaffa Kahn dans la libération de l’Inde, le combat pacifique de Martin Luther King contre la discrimination, et les femmes libériennes qui ont obtenu par des manifestations non-violentes, des négociations de paix pour la fin de la deuxième guerre civile dans leur pays.


La Famille


« creuset indispensable dans lequel époux, parents et enfants, frères et sœurs apprennent à communiquer et à prendre soin les uns des autres de manière désintéressée ». C’est le lieu d’apprentissage de la non-violence : où les frictions doivent être surmontés « par le dialogue et le respect, par la miséricorde et le pardon ».


Les responsables politiques


Ils sont appelés à favoriser une éthique de fraternité et de coexistence. Ils ont un défi devant eux : construire une société « avec le style des artisans de paix, refuser le rejet des personnes et d’endommager l’environnement ». C’est à ces responsables que François lance un appel en faveur du désarmement, de la prohibition et de l’abolition des armes nucléaires, « une menace de la destruction réciproque assurée » écrit le Saint Père, dénonçant « les énormes quantités de ressources destinées à des fins militaires, et soustraites aux exigences quotidiennes » des personnes en difficulté.
Le Pape qui avec la même force et urgence, demande que cessent la violence domestique et les abus envers les femmes et les enfants.
Enfin, la non-violence précise François n’est pas une exclusivité des catholiques. Elle est propre à de nombreuses traditions religieuses ; En cela le pape réaffirme avec force : « aucune religion n’est terroriste, la violence est une profanation de Dieu ».

Vous pouvez télécharger le texte intégral ci-joint.